30/10/2011

Sorcières en vue, aujourd'hui dimanche

En raison de la pluie, les organisateurs de la 24ème Festa de les Bruixes ont choisi de décaler l’ensemble des animations prévues hier, samedi, à aujourd’hui dimanche, et espèrent le retour du soleil.

Aujourd’hui donc, parmi la multitude d’animations proposées, à signaler le spectacle d’Antoine le Ménestrel.

 

antoine-le menestrel 1 réduit.jpg

 

 

Cet ancien sportif de haut niveau a participé à la création du mouvement de l’escalade libre, dans les années 80. Aujourd’hui, il combine performance physique et poésie, en proposant une heure de magie, suspendu aux façades, à la recherche de sa Juliette.

A chaque progression et sans jamais toucher le sol, Antoine le Ménestrel prend un double risque : physique et mental. Son parcours s’improvise à chaque situation. Cet artiste ouvre la voie à partir de la Place des Oliviers, à 17 H 30 et il ne restera rien de son passage éphémère: soyez là !

 

Le reste du programme :

Dès 10 H : Les sorcières se mettent à table avec l’Esmorzar catalan : concours d’ailloli avec Philippe Anglade et Jean plouzennec, présentation des vins de Tresserre. Sculpture à la tronçonneuse, fabrication de baguettes magiques, vol à balai de Sorcière.

14 H 30 : Ateliers pour enfants, cirque, fabrication de balai, maquillage, jeux sensoriels. La fête propose aussi une balade contée avec Kamel Guennoun, Pere manzanares, Les embobineuses, la Chorale de Tresserre, Thomas Pénanguer, des parades et des musiques de rue avec Xirois, Piment Chaud, Bois et vents chanteurs, l’Avant Bras.

19 H30 : Concerts avec les locaux 2.3.R suivi à 20 H de La nit de les Bruixes avec le tour de chants de Lili Baba. A 22 H 30, grand bal Trad avec Zo Baléti, puis concert final avec le groupe 100 Grammes de Tête.   

 

 

DSC_9756.JPG

 

Claude Alranq a plongé dans l'univers de l'ovalie d'antan : à l'époque du Rugby des villages, des joueurs amateurs et des indispensables coupeurs de citrons.

Vendredi soir, dans le cadre de Contes en Campagne, Claude Alranq, tout en énergie, l’Occitanie chevillée au corps a joué « Rugby Club Village ». Dans sa pièce, il a campé une série de personnages tout en pittoresque et nostalgie, aussi bondissant et imprévisible que son ballon ovale. Entre Béziers et Toulouse, il nous a embarqué sans jamais lâcher ni son public ni ses crampons.

Une réelle performance et un joli moment d’émotion.

 

 

Les commentaires sont fermés.