21/07/2013

La liaison électrique souterraine à 320 000 volts progresse

D’ici quelques mois, la liaison électrique en courant continu entre la France et l’Espagne sera opérationnelle : deux milles mégawatts pourront alors s’échanger d’un pays vers l’autre.

On se souvient que cette ligne électrique enterrée, a été obtenue suite à la forte mobilisation des opposants à la construction d’une ligne aérienne composée d’imposants pylônes. C’était en 2003.


Aujourd’hui, dix ans plus tard, le projet est porté par INELFE, un consortium associant le français RTE et son homologue espagnol REE. Les travaux avancent à bon train : Le tunnel passant sous les Albères (long de 8,5 kilomètres) a été terminé en avril dernier, ainsi que la plupart des tranchées qui relient les postes électrique de Baixas et Santa-Llogaia, distants de 65 km, de part et d’autre des Pyrénées.


Achèvement du percement du tunnel sous les Albères (vidéo Inelfe)

DSC07388.jpg

Les ouvriers et leur engins s'activent au creusement des tranchées (photo P. Olibo) 

 

Les tranchées sont creusées, au rythme de 200 mètres par jour

Traversé du nord au sud, sur 3 km, le territoire de Tresserre est concerné par ces travaux, exceptionnels de par leur envergure : Les engins de terrassement progressent actuellement à proximité de « l’aire du village catalan » et creusent la tranchée en longeant la bordure ouest de la ligne TGV. En, réalité, il s’agit de deux tranchées parallèles, qui abriteront la ligne électrique. Ce tronçon fait partie des touts derniers maillons de la ligne.


Profondes d’environ 1,5 mètre, chacune de ses tranchées sont équipées de deux fourreaux en PVC destinés à recevoir les câbles, et sont ensuite bétonnées.
Tous les deux kilomètres environs, des chambres de jonction permettent de raccorder chaque tronçon de câbles et faciliteront leur tirage.

Tresserre  Fonçage traversée Tech2.jpg

Les forages dirigés traversent les infrastructures existantes et le Tech à Nidolères (photo P. Olibo)

 

Au sud de la commune, pas d’obstacles infranchissables

En limite sud de la commune, des infrastructures existantes compliquent le tracé et nécessitent une autre technique de passage : La départementale 900, la voie SNCF, la ligne TGV… puis le lit du Tech, se concentrent tous, à proximité de Nidolères.


Les ingénieurs ont utilisé la technique de forages dirigés. Sorte de micro-tunnels, qui permettent de franchir ces ouvrages d’art à différentes profondeurs sans fragiliser leur structure et troubler la circulation. La ligne plonge alors à une dizaine de mètres de profondeur pour ressortir 700 mètres plus loin, à Montesquieu.

D’ici la fin de l’année, une autre phase, autrement plus impressionnante, prendra place sur le chantier : tous les deux kilomètres environ, plusieurs tourets d’une envergure de 6,5 mètres, haut de 4,5 mètres et pesant plus de 80 tonnes chacun, seront acheminés par convois exceptionnels, pour le déroulage des câbles.


Sous nos pieds, deux milles mégawatts seront transportés : c’est 5 fois la puissance électrique consommées par les Pyrénées-Orientales ou 15 fois la ville de Perpignan.

En savoir plus : inelfe.eu

Retrouvez d'autres photos du chantier à la rubrique "ALBUMS PHOTOS" (à droite de l'écran).

Un grand Merci à Pierre Olibo qui les a prises. 

 

Les commentaires sont fermés.