21/01/2015

« Gully », un chien truffier qui a du flair

Ici, on connait bien Carole, son dynamisme et sa bonne humeur. Avec Jérôme, son compagnon, le couple s’est lancé, il y a quelques années, dans la trufficulture. Une aventure à deux ; ou plutôt … à trois !

image 1.jpg

Gully est au centre de toutes les attentions de la part de ses maîtres Carole et Jérôme


La saison de la truffe bat son plein, actuellement, en Pays catalan : chaque dimanche, ou presque, les marchés spécialisés de la région regroupent les producteurs locaux, qui proposent à la vente leurs meilleures pépites, aux acheteurs gourmands et gourmets. Plusieurs fois par semaine, le trio : Carole, Jérôme et la « fillotte Gully », leur chien truffier, une jeune femelle épagneul, se lancent dans une « chasse au trésor », grandeur nature.


« Sans la truffe de Gully, rien n’est possible ! »

Ce matin là, sur les contreforts du Canigou, un épais brouillard enveloppe le paysage. Seules quelques silhouettes d’arbres se détachent du paysage au fur et à mesure de la marche. Pour accéder à la parcelle récemment plantée de chênes truffiers, le chemin sert de mise en jambe, à tout l’équipage. La jeune chienne a tout de suite compris ce qu’on attend d’elle ; c’est elle qui ouvre la piste, et c’est au flair qu’elle se glisse maintenant entre les troncs et autres broussailles :

« Gully a déjà démarré son travail » font remarquer ses maîtres qui poursuivent : « La brise de ce matin est bénéfique car elle aide le chien à mieux flairer l’air ambiant ».

Son attitude est particulière et ses maîtres décryptent aisément chaque posture de l’animal : Le chien va et vient, sans cesse encouragé par quelques mots de ses maîtres, pour maintenir sa concentration, ne pas relâcher le travail, ou éviter de s’égarer sur la mauvaise piste d’un animal sauvage : chassez le naturel …  

image4.jpg



L’union fait la force

Magiquement, encore ce matin, le flair fait mouche : Quelques coups de griffes et le chien marque précisément l’endroit. Pour Carole et Jérôme, la taille du champignon souterrain qu’ils vont déterrer, ainsi que sa qualité demeurent toujours une surprise, plus ou moins bonne  :

« Les instants où l’on déterre la truffe demeurent des moments vraiment magiques, car on ne peut jamais vraiment deviner ce qu’on va trouver en dessous : La truffe sera-t-elle suffisamment mûre  ? Pourtant, depuis quelques années et à force d’entrainement Gully s’affirme. Elle a pris de l’assurance dans le travail de recherche. Elle sait maintenant ce que nous attendons d’elle. En réalité, son plaisir à elle, c’est nous faire plaisir à nous …  ».

image 3.jpg


Elle sait aussi qu’en retour, les meilleures trouvailles seront récompensées par quelques morceaux de jambon. C’est son péché mignon, sa gourmandise !


Le travail très complice de ce matin se poursuivra une paire d’heures et la durée sera surtout fonction des trouvailles du jour. Rarement la complémentarité du travail de l’Homme avec le flair de l’Animal n’est à ce point remarquable.

Pour longtemps encore, Gully  flairera ses pistes et poursuivra sa belle vie … de chien !

 

Les commentaires sont fermés.