12/02/2015

Les meilleurs artisans de la taille de la vigne réunis par un concours amical

Plus que jamais appliqués et concentrés, les 51 tailleurs ont montré le meilleur d’eux même, samedi dernier et sous les yeux d’examinateurs, attentifs aux moindres détails.

DSC_1482.JPG

Sécateurs manuels ou électriques, petite scie … chacun avait apporté son matériel, affuté et prêt à progresser pendant une petite heure sur sa rangée, tirée au sort. Si la rapidité n’est pas le principal critère, la technique bien sûr, le choix des bois à élaguer et l’exécution, mais aussi la sécurité ou la posture faisait partie des points particulièrement examinés par les membres du jury.
Au bout des sillons, grillades et esmorzar ont réchauffés les participants.

Valoriser les bons gestes

Ce concours n’est pas une affaire de gros bras mais bien une épreuve conviviale qui valorise réellement et concrètement le savoir faire de toute une profession … et de passionnés aussi.

Franck Dadies, président de la Fédération des Foyers Ruraux du Roussillon, a résumé :

"Depuis 43 ans, la Fédération des Foyers Ruraux du Roussillon organise ce concours qui met en avant la qualité de transmettre des gestes qui font que le travail est réussit et la récolte optimisée. C’est un événement majeur qui réussit à unir dans notre département, l’ensemble du monde agricole, les élus, les partenaires institutionnels et privés…  bref l’ensemble de la profession. Notre concours de taille de la vigne a été parmi les premiers en France, et depuis il a fait des émules sur d’autres vignobles ».

DSC_1536.JPG

Les deux lauréats du concours 2015


De son côté, René Olive, représentant le Conseil Général a souligné « la rudesse de ce travail, pourtant indispensable à l’essence de nos terroirs » et s’est amusé à souligner que « les participants venus des quatre coins du Pays Catalan, étaient donc réunis sur le meilleur des terroirs …  celui des Aspres ».

Il a remis le trophée du sécateur d’or, à François Ferreiro, viticulteurs sur 2 hectares et coopérateur à Ponteilla, déjà gagnant du concours en 1999. Emmanuelle Billes de Pézilla, s’est classé première dans la catégorie des femmes. Elle travaille sur le domaine du Mas Amiel à Maury.

Chez les jeunes de moins de 21 ans, Vincent Baillie de Tresserre a été le mieux classé.       

Sitôt la remise des prix terminée, la grande famille des tailleurs de la vigne a poursuivi le partage de la convivialité autour d’un repas, mais aussi de la même passion commune du travail bien fait.

DSC_1504.JPG

Les partenaires du concours 2015 : Élus, institutionnels et partenaires privés.


Les 3 premiers de chaque catégorie :

Catégorie Hommes : François Ferreiro (Ponteilla), Alain Fibla (Estagel), Noël Cortade (Opoul).  Catégorie Femmes : Emmanuelle Billes (Pézilla), Fleur Lluis (Estagel), Mariana Postolache (Passa). Catégorie des Jeunes de moins de 21 ans : Vincent Baillie (Tresserre), Florian Bœuf (Canohès), Hervé Florian (St Feliu d’avall).

05/02/2015

Cet hiver encore, François, Jean et José ont affûté leur sécateur

Depuis quelques jours, la taille de la vigne a commencé un peu partout en Roussillon. Ce travail hivernal est très technique. Il est aussi capital, car il prépare la fructification et donc les prochaines vendanges.

La vigne et son travail n’ont plus de secret pour François, Jean et José. La cinquantaine, les trois hommes travaillent ensemble, presque toute l’année, au milieu des rangées et dans les caves de Tresserre, salariés par plusieurs viticulteurs et vignerons du village. Évidemment, les vendanges restent pour eux, le point fort de l’année : Ils sont aussi les piliers de la « colla » villageoise, au service des mêmes agriculteurs.  

DSC_1412.JPG

"ça change du bureau"

Mais en hiver, quelle que soit la météo, les journées de travail sont consacrées à la taille de la vigne. Un travail entièrement manuel et pénible ; Pourtant indispensable, car c’est lui qui prépare et conditionne le rendement de la parcelle.

Même, bien emmitouflés par plusieurs couches de vêtement, ils vont, ce matin encore, affronter la Tramontane qui siffle entre les rangées. Avec le lever du jour, ils ont choisi d’attaquer une vigne un peu plus abritée. En guise de consolation, le soleil qui se lève sur les Albères, éclaire le paysage magnifique : un privilège matinal réservé à ceux qui se lèvent tôt !

« Ça change du bureau et des métiers d’intérieur ! » confie Jean, qui travaillait au chaud dans une vie d’avant.


D’un cep à l’autre, l’équipe progresse. Rangée après rangée, le geste est sûr. Sans hésitation, chaque pied est débarrassé des longs sarments ; et il reprend une bien meilleure allure.

DSC_1399.JPG



Chaque taille est spécifique

Le travail est fastidieux et répétitif, mais il demande une bonne technique :

« Il existe plusieurs tailles : en gobelet, en cordon, en guyot … La taille doit s’adapter soit au cépage, soit à la conduite de la parcelle … ou au rendement souhaité. Les propriétaires nous donnent les consignes à suivre » ajoute José.


« Depuis quelques années, nous sommes passés aux sécateurs électriques : Le geste est aidé mais ils ne pardonnent aucun écart. Malgré les gants de protection, le manque d’attention peut être fatal aux doigts qui trainent ! Nous devons rester concentrés sur nos gestes. Pas question de se laisser distraire par la radio ou musique ».

Vigilance oblige, il n’y a pas d’écouteurs sous les bonnets. Malgré tout, les accidents ne sont pas rares.

Ce samedi 7 février, ils participeront au 43e concours départemental de « Taille de vigne », organisé à Tresserre par la Fédération Départementale des Foyers Ruraux :« Une première pour nous trois. Nous y participerons davantage pour défendre les couleurs de la commune que par esprit de compétition !».

Comme eux, ils seront plus d’une cinquantaine à y participer et il est possible de s’inscrire jusqu’au matin de l’épreuve. Rendez-vous à 8 H à la Cave aux Contes.

08:30 Publié dans association, vigne | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

01/02/2015

Samedi, Tresserre accueille le concours 2015 de "Taille de la Vigne"

Ce concours est organisé par la Fédération Départementale des Foyers Ruraux des Pyrénées Orientales. Il se déroulera le samedi 7 février 2015, à proximité de l'Espace Planas.

Les organisateurs départementaux expliquent :

"Il rassemblera une soixantaine de viticulteurs, salariés ou exploitants et récompensera trois catégories : les moins de 21 ans, les adultes hommes et les adultes femmes.

C’est un évènement historique local qui valorise, chaque année, le savoir-faire des vignerons autour d’une rencontre conviviale, fédératrice et valorisante".

 

concours taille de vigne 2015

Les tailleurs locaux seront bien entendu présents et participeront à l’événement

 

La taille en gobelet est en effet un travail long et difficile mais elle fait partie des travaux les plus intéressants tant l’action de l’homme sur le végétal est primordiale sur la conduite et le devenir des plants de vigne.

Parking obligatoire à l’espace Planas (fléché) puis accueil et inscriptions à la Cave aux Contes à 8 H.

Consigne du propriétaire et départ à la vigne à 8 H 30.

23/10/2014

Un apéro-conte ce soir, en avant première de la Fête des Sorcières 2014

Pour la première fois, la Fête des Sorcières s’exporte hors des frontières communales.

A quelques heures du démarrage officiel de la « Festa de les Bruixes », qui aura bien lieu à Tresserre (on se rassure... !), rendez-vous ce soir, jeudi 23 octobre,  à Thuir à partir de 17 H 30 :

Le "Domaine Trilles" et le conteur François-Moïse Bamba proposent un apéro-conte chez « Côté Cave » et « Presse Papier » situés au 6, avenue F. Mitterrand.

trilles et fmb.jpg

 

Retrouvez l’article consacré en septembre dernier à Jean-Baptiste Trilles qui associe la thématique des sorcières à ses vins…  et celui sur le conteur François-Moïse Bamba, qui ouvrira la 27e fête, demain soir, vendredi 24 à 21 H.

08/10/2014

Amandes : c'est le temps de la récolte

Amande douce ou amande amère ? Au détour d’un chemin de vigne, qui n’a jamais hésité, avant de croquer dans le fruit, au pied d’un amandier sauvage ? Ceux de Monique sont greffés et cultivés en bio pour être récoltés… sans surprise.

portrait.jpg

Quand en 2000, Monique achète l’ancienne « vigne du kilomètre », elle a changé de siècle … et de vie aussi ! Cette ancienne prof de biologie-chimie a alors troqué ses tubes à essais scolaires contre les travaux pratiques agricoles : Sur sa parcelle de quelques hectares, jusque-là abandonnée, elle y a planté 1492 amandiers :

« comme l’année où Colomb a découvert l’Amérique » glisse-t-elle.

Son Amérique à elle, ressemble aujourd’hui à un coin de nature agricole, une crête entourée de ravins sauvages :

« A l’époque je cherchais une culture en parfaite adéquation avec le milieu et en résonance avec la culture locale et ancestrale, la gastronomie aussi : la culture de l’amandier s’est imposée comme une évidence ! Cet arbre pousse naturellement chez nous, et peut être une alternative à la déprise agricole. Rustique et adapté au milieu, la culture en bio n’est absolument pas une contrainte, bien au contrainte : c’est simplement respecter le verger et son milieu dans son ensemble ».

La pleine période de la récolte

Le travail est entièrement manuel et va durer quelques jours : d’arbre en arbre, l’équipe de Monique va parcourir le verger, pour en faire tomber les fruits, à l’aide d’un marteau en caoutchouc. Au sol, ils sont regroupés grâce aux filets étalés autours des troncs. Enfin une écaleuse mécanique trie la coque de la gove. 

Elle ajoute : « Avec seulement une tonne et demie, cette année, la récolte est moindre. Les arbres connaissent des cycles plus ou moins productifs. Ces fruits seront transformés en laits, soupes … et autres produits alimentaires bio ».

equipes2.jpg

Le problème de la guêpe de l’amandier

Son choix de culture interdit à Monique d’utiliser des produits conventionnels, qui élimineraient facilement la guêpe de l’amandier, « l’eurytoma amygdali ». Cet insecte gagne peu à peu tous les amandiers du département. La guêpe pond ses œufs dans l’amandon, chaque année fin mars. Les larves vont s’y développer tout l’été et jusqu’à l’année suivante, affectant la récolte.

Le symptôme des arbres attaqués se traduit par la présence d’amandes momifiées, qui demeurent accrochées aux branches d’une année sur l’autre.

Elles contiennent la larve qui va poursuivre son cycle : « Nous retirons systématiquement toutes les amandes y compris celles parasitées qui seront brûlées pour limiter la propagation de l’insecte ». 

DSC_0767.JPG

Un travail fastidieux et une goutte d’eau dans l’océan des amandiers sauvages ou abandonnés de tout suivi ou contrôle. Mais, un travail indispensable à ses yeux, pour continuer à cultiver son verger et à aimer ses arbres ...

08:30 Publié dans vigne | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

30/09/2014

Comme les grands !

vendanges école mairie 2014.jpg

C’est devenu une tradition : Les enfants du Cours Moyen participent chaque année en septembre aux « vendanges communales » : Ici, les raisins ont été récolté sur les pieds de vigne qui marquent l’entrée du village.

Comme leurs aînés, la joyeuse « colla » a bien rempli la comporte, sous les yeux bienveillants de M. le maire et de leur professeur.   

21:03 Publié dans école, mairie, vigne | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

17/09/2014

Domaine Trilles : Le vin des sorcières décroche les étoiles

Les vignerons du village sont en pleine récolte : Une activité intense qui rappelle à tous que Tresserre demeure un village viticole. Pour ceux qui vinifient la vendange, un patient travail va maintenant s’opérer.

Parmi ces vignerons, Jean-Baptiste Trilles passera peut-être cette période stressante, avec, un peu plus de légèreté que les autres : En effet, son Domaine vient de décrocher 3 étoiles au célèbre guide Hachette des vins 2015. Sa cuvée « Incantation » a été  sélectionnée parmi les « coups de cœur » ;  Avec au passage, un commentaire en forme de clin d’œil :

« nul doute que c’est la bonne fée et non la vilaine sorcière qui s’est penchée sur le berceau de ce millésime ».

Seules trois cuvées, parmi l'ensemble des Côtes du Roussillon, ont été retenues dans la catégorie « Coup de cœur » cette année.

DSC_0553.JPG


Un coup de pouce à la promotion
Prévenu seulement quelques jours avant la parution du guide 2015, Jean-Baptiste, 35 ans et qui n’en est qu’à sa septième année d’exploitation, savoure sa distinction avec beaucoup d’humilité :
 
« Je suis heureux que notre cuvée ait plu à un jury pluriel. Mais, dans la profession, il faut garder les pieds sur terre et savoir régulièrement se remettre en question. La renommée d’un domaine est longue à établir et rien n’est jamais acquis. En 8 années, nous avons beaucoup progressé en travaillant sur la Qualité. Je garde en tête, qu’il faut toujours surprendre pour avancer. Le guide Hachette est un excellent support de promotion, pour les acheteurs particuliers, et servira de tremplin lors de nombreux salons auxquels nous participons ».

Vins et sorcières
« Incantation », « initiation », « pedra luna » … Voilà quelques-uns des noms attribués aux cuvées de son Domaine. Jean-Baptiste, qui a grandi à Tresserre, en même temps que ses Fêtes des Sorcières, joue avec la thématique locale. Les étiquette de ses bouteilles s'agrémentent  même d'une sorcière et son balai. Une stratégie plus spontanée que vraiment calculée, et qui s’avère aujourd’hui concluante :

« Ce registre me permet de me démarquer, et d'identifier facilement mes bouteilles : Tresserre, c'est pour beaucoup LE village des sorcières. En plus, cela suscite toujours et encore un peu de curiosité ! ».

Décidément, l'association vins et sorcières n’a pas fini de nous étonner.

A noter : Parmi les vignerons du village également recommandés cette année par le guide : Le Domaine Vaquer et Domaine des Demoiselles.

08:50 Publié dans vigne | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |